mardi 16 décembre 2008

Cours d'impro, part 12.

Un cours un peu difficile pour tout le monde ou presque.

On marche lentement puis plus rapidement jambe à jambe. Merci mél d'être patiente, moi qui ai deux pieds gauches, j'en avais quatre du coup.

Une baballe et on se colle front à front puis on essaie de se la passer dans le dos. La myopie ça craint !!

Nous avons (plus les autres que moi) sauté à la corde. La corde, ça craint quand on a des seins ou des trucs qui sont censés en être. Penser à prendre des chaussures plus serrées au cas où on recommence.

Après tous sur scène et David nous demande de poser des lieux. La cata de chez cata ! Je sais pas pourquoi... D'habitude, c'est pas terrible mais y'a au moins un ou deux trucs qui vont mais là, c'était tout sauf construit. Aïe, aïe, aïe ! Si on apprend de ses erreurs, là, on a vachement appris !

Du coup on est passé à des impros à deux avec peu de volontaires. On est tous passé mais je ne sais pas si c'est le temps, je crois que la plupart manquait de motivation. Je suis passée avec Jessy. Elle était une jeune fée qui avait perdu la baguette. Le courant passait entre nous quand un garçon a proposé sa baguette à Jessy de manière assez peu élégante. On est restées bloquées toutes les deux. Je ne sais pas pour Jessy mais moi c'était parce que j'étais dans le romantisme avec le prince charmant et je n'étais pas du tout dans le registre de l'intervenant.

Le cours s'est fini à l'heure, ce qui est assez rare pour être signalé. On a fini sur des faux matches d'impro. Là aussi, un peu dur. Beaucoup de monde sur la scène. Pas assez d'écoute. Un peu trop d'effervescence. Difficile de rentrer en scène. On n'était pas sur le même rythme. L'équipe de Greg avait plus envie de construire et celle de Mél plus envie de jouer. On ne s'est pas vraiment rencontré.

J'ai encore fait la nonne. J'aurais bien voulu pouvoir faire lâcher le hasch pour la coke à mon petit ami (oui, et alors, si tu dis qu'une nonne n'a pas de copain, le mien va venir te casser la teutê veugra !) mais la police est arrivée et paf le chien euh paf l'impro.

La suite au prochain numéro dans quinze jours.

Finalement c'est vrai qu'on ne va pas lui manquer à David. J'en suis toute retournée.

Joyeuses fêtes à tous !!

mardi 9 décembre 2008

Cours d'impro, part 11.


Alors, je vais faire super rapide car je n'étais vraiment pas concentrée hier. J'étais psychologiquement prête à aller à la Calamine et on a été dans notre salle normale. Mais j'étais aussi un peu ailleurs. Trop fait de choses dans la journée...

Bref, nous avons lancé des mots, renchéri sur une histoire en y ajoutant quelque chose, dit oui et (et pas oui mais n'est-ce pas moi-même !) et fait des décors. Parfois c'était bien, parfois moins bien. Plus le prof s'en mêlait, plus c'était bien... Parfois, c'était difficile. Moi j'arrivais pas à imaginer l'intérieur d'une loge de comédien par exemple. Je visualisais vraiment pas. Je pense que j'étais aussi déconcentrée par la casquette du chien de David. Je me suis aussi aperçue que c'était un chien volant. J'hésite à appeler la SPA.

Sinon, après le cours, on a mangé ensemble. J'en ai profité pour prendre des photos pour que vous voyez comme ils sont beaux les lundisateurs.

Les voici. Je les mets aux enchères sur e-bay. Besoin de sous pour Noël. Faites votre choix !

samedi 6 décembre 2008


Découvrez The Blow Monkeys!

Mon horoscope

Il va s'en passer des choses, pour vous, aujourd'hui. Vous devriez connaître d'importants changements, très positifs d'ailleurs, sur le plan sentimental. Un heureux déblocage pourrait aussi intervenir. Tenez-vous prêt pour les événements si importants.

Vous traverserez une journée tout à fait défavorable sur le plan matériel. Ce ne sera absolument pas le moment de vous lancer dans les affaires. En plus de votre manque de jugement et de clairvoyance, vous aurez tendance à vous montrer intolérant, ce qui est susceptible de vous causer quelques déboires.

La planète Saturne vous conseillera de vous nourrir correctement. Une alimentation répartie en trois repas équilibrés donne le potentiel énergétique nécessaire pour faire face à des journées généralement bien remplies. Efforcez-vous de manger de tout sans excès, en privilégiant les viandes et les poissons grillés, les oeufs, les fromages et tous les laitages, les crudités, les légumes verts et les fruits frais. N'excluez pas les féculents, les farineux et les graisses en quantité raisonnable.

Dans le domaine professionnel, vous ferez preuve d'une originalité absolue : vous ne cesserez de vous écarter nettement des sentiers battus.

Votre vie familiale ne sera affectée par aucun impact planétaire notable. Cela ne veut pas dire qu'il ne se passera rien, mais tout simplement que vos relations avec vos proches se dérouleront dans un climat paisible et sans histoire. Si vous avez des enfants, ils seront en bonne forme, et vous établirez de bons rapports avec eux, même s'ils se montrent parfois contestataires.

i vous êtes indulgent envers vous-même tout en demandant l'impossible aux personnes qui vous entourent, vous pouvez vous attendre à des complications dans un délai assez court. Faites des concessions.

jeudi 4 décembre 2008

Texte piqué sur le blog de ma copine abstraite.

Que peut-il ? Tout.
Qu'a-t-il fait ? Rien.

Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être.

Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire. Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c'est le mouvement perpétuel. Mais, hélas ! Cette roue tourne à vide. L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort. Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse. Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise. On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue ! Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé.

Victor HUGO, dans ' Napoléon, le petit '
(Réédité chez Actes Sud)

Séquence émotion !

mardi 2 décembre 2008

Cours d'impro, part 10

Et oui, déjà ?

Aujourd'hui, on a marché dans l'espace. Je sais, c'est un peu bête de dire ça mais je crois que maintenant, j'ai pris l'habitude et que j'ai besoin de ça pour rentrer dans le cours.

On change de sens quand on croise qqn. Puis, on crie quand on croise qqn. Rien que de très normal pour moi. C'est ce que je fais toujours avec baisser les yeux quand je croise un homme inconnu (ben ouais, c'est ça l'éducation !).

David a lancé un nom et on lui a couru après pour le réchauffer en le frottant avec nos mains. Parce que c'est vrai qu'il faisait froid.

Ensuite, en cercle, quelqu'un faisait une action, un autre approchait, lui demandait ce qu'il faisait, il répondait puis il disait je fais telle chose et l'autre devait le faire. J'ai dû notamment faire des pompes et sauter en parachute. Chuis vachement physique en impro hihi.

Ensuite, David nous indiquait un lieu et on devait faire les objets qu'il y avait dans ce lieu. J'ai été une télécommande mais il a dit que c'était trop petit pourtant j'étais une super belle télécommande, moi je vous le dis !

Après, on a fait une nouvelle sorte d'impro, David disait un lieu, on faisait qqn ou un objet et on démarrait une impro à plein de monde. Au début, on s'agglutinait un peu au même endroit puis on a réussi à mieux se placer dans l'espace. Par contre, on ne s'écoute pas assez quand on est beaucoup (ouais, déjà qu'à deux, on ne s'écoute pas toujours !). C'était très intéressant pour voir comment se placer sur la scène (parce que nous on a une scène nanananèreuh) et voir ce que ça donnait. Parfois, ça a tourné au joyeux bordel, parfois ça a été plus construit. Mais en tous cas, c'était drôle, qu'on y aille ou pas.

Puis on a terminé par des impros à un, à deux ou à plus si affinités. C'était super sympa à voir. On se rend compte que certains sont meilleurs dans certains domaines style le mime. Personnellement, j'ai joué avec Greg. ça a été très agréable bien que je n'ai pas réussi à me lâcher assez. Tout le monde ne se lâche pas aussi facilement que le garçon (j'ai failli écrire lèche, heureusement, j'ai corrigé à temps car ceci ne me regarde pas !). J'ai repris mon personnage de l'autre fois : une bonne soeur qui sonne à une porte. C'est bien pratique parce qu'elle peut se trouver face à n'importe qui et adopter un comportement en conséquence. Je ne crois pas que ma bonne soeur soit très conventionnelle. La semaine dernière, elle demandait 10% de ses bénéfices à une prostituée et aujourd'hui, elle amenait un garçonnet de sept ans sous la douche. A la décharge de cette pauvre nonne, le gamin de sept ans en savait plus sur la vie qu'elle. Mais bon, c'est là que j'ai un peu bloqué. Le progrès par rapport aux dernières fois, c'est que je n'avais plus Greg en face de moi mais un gamin de sept ans. Il semblerait que j'arrive à envisager l'autre sous sa forme de personnage.

N'empêche ! Quand je serai grande, je serai aussi douée que Greg pour me lâcher et que Karine pour la représentation visuelle qu'elle donne du personnage et toc et toc toc. Et je prendrai toutes les qualités de tous mes autres camarades et je deviendrai maître de monnnnnnnnde !

Je vous laisse ici pour aujourd'hui. Cette note vous a peut-être paru courte mais le cours a été très dense.

Vivement la semaine prochaine (dans la salle des mardisateurs) !

dimanche 30 novembre 2008

Ah ? Vous étiez là ??

Je plagie, j'adore cette phrase. Mais j'aimerais bien savoir ce que vous faites à lire mon blog à cette heure-ci !!


Découvrez Arletty!

jeudi 27 novembre 2008

Je fais la tête na !

J'ai besoin qu'on s'occupe de moi. Houhou, y'a qqn ? Non, ben je vais me coucher alors...


Découvrez Michel Buhler!

mardi 25 novembre 2008

C'est bizarre l'impro. J'ai déjà envie d'y retourner alors que je me suis plantée.

J'ai manqué de générosité ce soir je trouve. Faut que je réessaie ! Tout de suite, là !!

Mince, Monsieur Météo !!! Oh là là là là là !!!! Quand je l'entends, je m'aime, je me sens talentueuse, spirituelle !!!!!

Il ne devait pas que faire le week end lui ??

Il a bouffé un clown avarié, c'est pas possible !!!

lundi 24 novembre 2008

Cours d'impro Part 9

On a commencé avec pour moi un immense traumatisme : on n'a pas marché dans l'espace et on s'est disposé en carré (enfin en losange) et pas en rond !

On a fait un peu comme du taïchi.

Ensuite, on a fait deux lignes.

Le premier faisait un geste, le deuxième le reproduisait, etc, etc. Jusqu'au bout. Il y avait toujours au moins un geste de décalage ! Bon j'ai cafouillé de chez cafouillé surtout au début.

Puis on a refait un, deux, trois, quatre. J'aime toujours bien.

Après, on a fait plusieurs exercices pour apprendre à placer notre voix. J'avais mal à la gorge moaaa. Ensuite, on a appris comment se chauffer la voix parce que j'avais encore merdouillé sur un exercice en n'arrivant pas à prononcer les mots comme il faut. Je me rends compte que je suis mégalo. On l'aurait fait même sans ça l'exercice mais laissez-moi le quart d'heure de gloire qui m'est dû !!

J'étais un peu dissipée. ça s'est senti. Enfin, moi, je l'ai ressenti.

Après on a fait des impros. Karine et Mélanie en ont fait une super chouette. Moi, j'ai encore merdouillé. Pas parlé assez fort. On s'y est reprises à plusieurs fois pour arriver à qq chose. J'étais un peu obnubilée par l'envie de tester un personnage. Certains de mes collègues l'ont trouvé sympa... Du coup, je n'ai pas vu que ma partenaire était un sdf. J'ai une excuse (plus ou moins bidon), elle se frottait les bras et moi je commençais à ressentir le froid. Ouais bon non je n'ai pas d'excuse. Manque d'observation et de concentration comme pour tout ce cours !!

Par contre, j'ai appris plein de choses. Et puis, on avance tous. C'est comme à la starac on est tous de plus en plus beau, le niveau s'élève de semaines en semaines (c'est ironique hein !).

David a pris des photos de nous pour le site du tics.

J'ai acheté une tome au marc miam miam.

Après, on est reparti dans notre foyer.

Un peu court comme résumé mais j'étais une mauvaise élève ce soir.

Pour continuer dans le traumatisme, j'entends parler un gars du PS avec les mêmes intonations et le même phrasé que le petit Nicolas aaaaaahhhhhhhhhhhh.

Du boulot, du boulot, du boulot et à la semaine prochaine fidèles lecteurs !

samedi 22 novembre 2008

Aujourd'hui (enfin hier), j'ai vu

La nage de l'enclume de Serge Papagalli.

http://www.lestroiscoups.com/article-24500048.html

Il est un peu tard pour que je vous raconte, alors, je fais juste un renvoi vers un lien au hasard. Libre à vous d'en chercher d'autres...

Hier (enfin avant-hier), j'ai vu

Jojo au bord du monde

Stéphane Jaubertie


Jojo est un « solo boy » urbain. Il traîne dans une rue déserte avec un ballon de foot crevé pendant que ses parents sont sous le soleil à l’autre bout de la Terre. Surgissent deux fées un peu déglinguées, Anita et sa vieille mère Jillette. Des fées comme dans les contes mais réactualisées. Elles sont désœuvrées et passées au RMI (Revenu Magique d’Insertion). Disposant de la garde de la vieille fée qui perd la boule et disparaît, Jojo est entraîné vers un long parcours initiatique. Il passe de la forêt de la grande peur aux séances de désintoxication d’une clinique pour super héros paumés.

http://www.culture.lyon.fr/culture/sections/fr/theatre/nos_dossiers/regards_en_coulisses/regards_en_coulisses/lundi_3_mars_videos_en_coulisses_e1505

mardi 18 novembre 2008

Moteurs, vous avez dit moteurs ?

Cours d'impro Part 8

Aujourd'hui, on a retrouvé élise, baptiste et Michaël. Ils nous avaient manqué. Ne croyez pas que je parle au nom du groupe, j'emploie juste de temps en temps le nous de majesté.

Le cours a eu lieu en odorama avec un David fatigué et un chien avide de fromage.

On a commencé à marcher dans l'espace puis à dire un numéro (on a commencé à 14). Chacun devait dire un numéro sans que personne ne parle en même temps que l'autre. Je trouve qu'on a été bons !

On a rejoué à 1, 2, 3, 4. J'aime vraiment ce jeu.

Puis un cercle explosé (ou éclaté ?). ça n'a pas été tout à fait ça.

Jeu du samouraï. Il fallait sauter qd le samouraï essayait de nous couper les pieds, se baisser quand il voulait nous couper la tête et nous séparer quand il coupait dans le vif.

Puis, il y a eu un jeu de balles. Une balle jaune, une balle verte, une balle rouge. Chacune correspond à un thème. En l'occurrence, jaune jardinage, vert cuisine et rouge télévision. Un joueur dit un mot en relation avec le thème représenté par la balle, la lance et celui qui la reçoit prend la suite. Franchement, on a été plutôt bons... Enfin, meilleurs en mot qu'en rattrapage de bal pour certains.

Après, on est passé à l'impro. Par deux. Sur la scène (ouais, on se la pète un peu car on a une scène). Les autres assis sur des chaises et devant claquer des mains quand il y avait un moteur. Bon un peu débile, je claquais sans comptabiliser ce qui n'est pas super utile... Et puis j'avais du mal à trouver les moteurs parfois (euh souvent).

En plus, quand David parlait de moteur, je pensais à un sketch de Fernand Raynaud. Je le mettrais ici si je le trouve sur youtube.

Des impros sympas et la redécouverte de certains membres du groupe. De longs debriefs du prof qui nous dit ce qui va ou pas et qui nous annonce qu'on va refaire des personnages mais sans musique. Dommage ! J'aime trop la musique. Mél menace de m'attacher aux rideaux si je le dis alors je le dis en douce sur ce blog. ça me fera du bien de recomprendre comment ça marche pour la suite. Souvent c'est moi le personnage. Je veux dire que je vais sur la scène en tant que moi et le temps qu'on démarre, je me trouve un personnage.

J'ai encore été une méchante par facilité (la facilité c'est mal ! je me bats la coulpe !!). Avec Phong (c'est Ph, je ne sais plus).

Je ne suis toujours pas allée au bout. En écrivant cet article, je crois que j'ai capté un truc. Quand je suis un personnage, je me vois en personnage alors que je ne vois pas encore entièrement l'autre en personnage. C'est ça qui me bloque. Enfin, en partie, y'a sans doute d'autres résistances moins faciles à dénicher. Donc quand je crie, je vois bien que ce n'est pas moins mais mon personnage qui le fait. Par contre, quand je crie sur Phong, je crie sur Phong et non sur le personnage de Phong. Je ne superpose pas un personnage sur elle. Voilà, ça vous semble incompréhensible ? Tant pis, na ! J'écris pour moi là. Je pense que ça va me demander une étape supplémentaire de voir l'autre comme un personnage aussi et non comme la personne qu'elle est. Disons, que je suis trop axée sur moi et pas assez sur l'autre. Il faut que je mette l'autre en tant que personnage plus ds l'équation. Quand j'arriverai à me dire que je ne m'adresse pas à la personne et que je ne la blesse pas elle mais le personnage qu'elle joue, ça sera plus facile d'oser. Mais bon, on avance hein les gars !!

Fin de cours fromages, jus de pomme offerts par Karine qui m'a aussi ramenée à la maison. Dommage qu'elle soit mariée sinon je l'épousais ;) et du pain d'épices trop bon aussi et qqn d'autre avait du chocolat noir.

Fin de cours ds le zen, la bonne humeur et le respect du Seigneur. Un calme et une bonne entente qui font plaisir.

Merci au prof de nous avoir "dispensé son savoir".

Décidément, les lundi soirs sont agréables.

Tristan Edern Vaquette La peur rend les gens sages

http://www.crevez-tous.com/mp3/la_conjuration_de_la_peur_-_extrait_3.mp3

lundi 10 novembre 2008

Cours d'impro Part 7

Alors, on a mangé du fromage et on a marché dans l'espace...

On a fait des yah, des aï et de hold on.

On a fait un exercice de concentration 1, 2, 3, 4 on remplace le 1 par un geste puis le 1 et le 2, puis le 1, le 2 et le 3 puis le 1, 2, 3 et le 4 puis on repart dans le sens inverse. A la fin, c'était pas mal mais les débuts furent difficiles.

On a tenté un nouvel exercice, par deux, un mot par personne, on raconte une histoire. Passage de deux "couples", on n'y était pas. Donc, on est parti sur autre chose.

En ronde et le mot lancé. J'aime bien ça. J'ai fait de mon mieux.

On est reparti sur le nouvel exercice et là, tout le monde l'a mieux fait. Mais, c'est clair que ce n'est pas évident. J'aurais dû être plus méchante. Françoise, si tu lis ça, tu vois y'a des gens qui apprécient que je sois méchante. Il faudra que je me trouve des personnages. Je sens que ça progresse. J'attends que le barrage lâche. Hihi.

Puis impro par deux. J'aime trop regarder les autres, y aller un peu moins. Mais, dénoncée par mes petits camarades, j'ai dû y aller. Pas possible d'être invisible dans ce groupe. C'était sympa. J'ai essayé un accent mais évidemment je ne l'ai pas gardé. Ma commère (ben vi c'est le féminin de compère, incultes !) le maîtrisait parfaitement. Mais c'est un peu con de ma part. C'est pas parce qu'elle avait un accent du Sud que je devais en avoir un ! Mais tout prend tellement plus d'emphase quand on a cet accent. Bref, je reessaierai. Baciiiiiii prête-moi ton accenttttttttttt (que tu n'as pas bien sûr, t'as aucun accent, je t'aime). Par contre, même si l'impro n'a pas été au bout, j'ai trouvé que le courant passait pas mal entre Jessy et moi.

Après, certains ont raconté une histoire. David disait couleur pour qu'ils décrivent un point particulier. Jolies histoires. Surtout celle de Karine avec un lapin moche et sans poils...

On a fini sur une grande remise à plat avant le départ à zéro de la semaine prochaine à propos de tensions existant dans le groupe. Donc, reprise en main tout ça, moi qui n'aime pas les conflits, ce ne fut pas mon moment préféré de la soirée. Mais il fallait bien que ça pète... On va espérer que c'est comme la tension qui disparaît une fois que l'orage éclate. Mais ça aussi ça fait partie de la vie d'un groupe. Y'a qu'à voir dans la starac, la semaine dernière personne aimait Gauthier et maintenant tout le monde l'aime de nouveau.

Bref, la fin du cours était aussi belle qu'une émission de téléréalité. Merci David pour son rôle d'Armande Altaï.

A la semaine prochaine tout le monde.

NB : mon prof m'a parlé d'une certaine Françoise, je ne vois pas du tout qui c'est et mes camarades de cours encore moins...

Mince, j'ai oublié de signaler que Karine a tenté d'acheter le prof avec du fromage. La semaine dernière elle lui avait offert son corps, le résultat n'étant pas celui espéré, elle a réitéré avec du fromage et ça a eu l'air de mieux fonctionner. Moi, je dis qu'il y a de la corruption dans le corps professoral !

dimanche 9 novembre 2008

mercredi 5 novembre 2008

mardi 4 novembre 2008

Chanson pour boudinphobe.


Découvrez Lynda Lemay!

Humeur du soir


Découvrez R.E.M.!

R.E.M. Everybody hurts

When the day is long and the night, the night is yours alone,
when you're sure you've had enough of this life, well hang on.
Don't let yourself go, everybody cries and everybody hurts sometimes.

Sometimes everything is wrong. Now it's time to sing along.
When your day is night alone, (hold on, hold on)
if you feel like letting go, (hold on)
when you think you've had too much of this life, well hang on.

Everybody hurts. Take comfort in your friends.
Everybody hurts. Don't throw your hand. Oh, no. Don't throw your hand.
If you feel like you're alone, no, no, no, you are not alone

If you're on your own in this life, the days and nights are long,
when you think you've had too much of this life to hang on.

Well, everybody hurts sometimes,
everybody cries. And everybody hurts sometimes.
And everybody hurts sometimes. So, hold on, hold on.
Hold on, hold on. Hold on, hold on. Hold on, hold on.
(Everybody hurts. You are not alone.)

mercredi 29 octobre 2008

La réunification, Acte I.

Rencontre avec les mardisateurs de Gilles (eh calmez-vous, j'ai dit rencontre, pas match). D'abord, on retrouve une traîtresse qui était venue au premier cours avec David et vient le mardi maintenant. J'en suis contente parce que c'était ma voisine d'envoyage de son au plafond au premier cours et je l'avais trouvé sympa.

On fait ronde des prénoms et rondes des prénoms améliorés. ça fait beaucoup de prénoms et de gestes à retenir. Moi, j'ai eu du mal à me rappeler la jolie Juliette, les autres ça allait... Gilles a bien gentiment claqué sur sa tête avec sa main à mon prénom assez fort mais Mon Prof ne l'a pas fait. On n'est trahi que par les siens...

La salle est moins petite que j'aurais cru et chauffée. Mais on est un peu beaucoup pour la place qu'il y a. Surtout pour marcher dans l'espace... J'adore cette expression.

Gilles nous a lu une histoire qu'on devait en quelque sorte vivre au fur et à mesure de la lecture. J'aime bien. C'est moins sophrologique que celle que David nous a fait faire l'autre fois et on a voyagé moins loin. La même chose mais différent mais bien aussi.

On a joué au jeu du pan. J'ai été moins mauvaise que d'habitude. J'ai toujours un temps de réaction tout pourri que ce soit en impro ou au volant. Heureusement que je ne prends pas le volant en ce moment.

Après, on se retourne face au mur. On nous dit un mot, une chose ou quelqu'un, que l'on doit incarner. J'ai trouvé ça moins dur que la première fois. Je ne trouvait pas forcément comment le faire mais j'y croyais enfin plus que la première fois.

Puis des bouts d'impros avec les deux profs qui debrieffent (un de plus qu'à la starac'). Je ne suis pas passée. Heureusement. J'ai besoin d'être guidée (j'avais bien aimé qu'on me donne un personnage et une action, partir dans le rien je ne le sens pas encore).

21h30 pause fromage. Gilles doit rentrer tôt, il part, quasiment toutes les filles le suivent. Je ne sais pas de quelle flûte il leur joue pour qu'elles le suivent comme ça !

Il reste quelques filles insensibles à la flûte et des garçons. On continue à improviser jusqu'à encore une heure après une pause de magie de notre magicien (il est à nous les lundisateurs, pas touche minouche !)

Puis on finit la soirée dans un bar chambérien ouvert et qui accepte les chiens. Je ne savais même pas que ça existait dans Chambé.

Car le héros de la soirée, n'en déplaise à Gilles et David, c'était Mickey, le chien de David.

Sur la route vers le bar, nous avons croisé Lauren qui a fait sa bêcheuse et n'a pas voulu nous accompagner. Un grand bouhhhhhh pour elle.

Bref, un cours très différent. Je suis contente d'avoir David comme prof. Je pense que c'est plus simple pour moi de l'avoir lui que Gilles. Donc, bon choix; en plus, le lundi, je suis en meilleure forme que le mardi.

Pas de cours la semaine prochaine mais un brève de scènes. Je vais encore arriver super tôt n'en déplaise aux jouteurs parce qu'à mon âge, il me faut une place assise.

Voilà, lâchez-vos comm'

En tous cas, moi, je suis fan de certains de mes camarades ! Ils sont trop forts par moments. Ils ont l'air à l'aise (Blaise).

samedi 25 octobre 2008

Un pauvre honteux Xavier Forneret


Il l’a tirée
De sa poche percée,
L’a mise sous ses yeux :
Et l’a bien regardée
En disant: « Malheureux ! »


Il l’a soufflée
De sa bouche humectée ;
Il avait presque peur
D’une horrible pensée
Qui vint le prendre au cœur.

Il l’a mouillée
D'une larme gelée
Qui fondit par hasard ;
Sa chambre était trouée
Encor plus qu’un bazar.

Il l’a frottée,
Ne l’a pas réchauffée,
À peine il la sentait ;
Car par le froid pincée
Elle se retirait.

Il l’a pesée
Comme on pèse une idée,
En l'appuyant sur l’air.
Puis il l’a mesurée
Avec du fil de fer.

Il l’a touchée
De sa lèvre ridée.
D’un frénétique effroi
Elle s’est écriée :
« Adieu, embrasse-moi ! »

Il l’a baissée
Et après l’a croisée
Sur l’horloge du corps,
Qui rendait, mal montée,
De mats et lourds accords.

Il l’a palpée
D’une main décidée
À la faire mourir.
— Oui, c'est une bouchée
Dont on peut se nourrir.

Il l’a pliée,
Il l’a cassée,
Il l’a placée,
Il l’a coupée,
Il l’a lavée,
Il l’a portée,
Il l’a grillée,
Il l’a mangée.



Quand il n’était pas grand, on lui avait dit :
— Si tu as faim, mange une de tes mains.

jeudi 23 octobre 2008

Ce soir, j'ai vu Le plus malin s'y laisse prendre d'ostrovski

http://www.espacemalraux-chambery.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=435&Itemid=52

Un conseil : allez-y ! Le texte est magnifique et la mise en scène superbe. :P

Bon ok, je n'y connais rien en théâtre mais ça faut le coup parce que les dialogues sont trop vrais et que ce n'est pas que du théâtre. Donc, chacun y trouvera qq chose. Pas forcément la même chose...

Prohom


Découvrez Prohom!

Le 7 septembre, libellules...

de Ryôkan

Dans un vieux temple
Dans les profondeurs de Takano
Dans la province de Ki,
Je passe la nuit à écouter
Les gouttes de pluie à travers les cèdres.

mercredi 22 octobre 2008

Parce que j'adore Circonstances atténuantes.

Comme de bien entendu

Voici, contée sur une valse musette,
L'histoire en quelques mots
Du beau roman d'une jeune midinette
Et d'un petit Parigot
Tous les refrains d'amour sont un peu bêtes,
Celui là l'est aussi
Mais si vous reprenez en chœur ma chansonnette,
Je vous dirai: Merci!

Elle était jeune et belle,
Comme de bien entendu !
Il eut le béguin pour elle
Comme de bien entendu !
Elle était demoiselle,
Comme de bien entendu !
Il se débrouilla pour qu'elle ne le soit plus!
Comme de bien entendu !

Ils se mirent en ménage
Comme de bien entendu !
Elle avait du courage
Comme de bien entendu !
Il était au chômage,
Comme de bien entendu !
Ça lui faisait déjà un gentil petit revenu...
Comme de bien entendu !

Voulant faire une folie,
Comme de bien entendu !
Il offrit à sa mie,
Comme de bien entendu !
Un billet de la loterie,
Comme de bien entendu !
Ça ne lui fit jamais que cent balles de perdues...
Comme de bien entendu !

Mais il se mit à boire
Comme de bien entendu !
Elle ne fit pas d'histoires,
Comme de bien entendu !
Mais pour ne pas être une poire,
Comme de bien entendu !
Elle se consola en le faisant cocu.
Comme de bien entendu !

Il la trouva mauvaise
Comme de bien entendu !
Mais elle ramenait du pèze,
Comme de bien entendu !
Au lieu de ramener sa fraise,
Comme de bien entendu !
Il se contenta de lui foutre son pied au cul,
Comme de bien entendu !

Et, depuis, l'on raconte
Comme de bien entendu !
Qu'il y trouve son compte,
Comme de bien entendu !
Et, quand chez lui, on monte,
Comme de bien entendu !
Il s'en va faire un petit tour au P.M.U.
Comme de bien entendu !


Merci pour le lien deezer Blue !


mardi 21 octobre 2008

Cours d'impro. Part 5.

Pas de nouveau aujourd'hui. On va se stabiliser apparemment. Le prochain cours c'est mardi 19h30. Je le note là en espérant ne pas oublier...

On fait des ya, des aï, des machins up et autres. On rajoute des choses. C'est chouette.

On joue au loup. Moi, je suis un vieux loup qui ne court pas beaucoup mais j'essaie quand même d'attraper des gens. Bon, apparemment, le vieux loup qui ne court pas ne mange pas et je trouve ça un peu dégueu, voilà, c'est dit.

On fait un jeu de mimes. David donne un mot et on le mime. On perd contre l'autre équipe... On gagne le dernier match. J'ai failli faire perdre mon équipe. Pour Rio de Janeiro, je fais le pain de sucre et le Christ, personne ne trouve. Je fais le foot, ils trouvent le Brésil puis Rio. Fais simple, il te dit le monsieur !!

Une séance de relaxation/imagination. Pour la relaxation, on s'allonge par terre, on ferme les yeux. C'est bon. Pas très relaxant car ça rigole à côté de moi :( Dommage. Parce que franchement, ça fait trop du bien même si le sol est cracra. Après, le prof nous fait entrer dans un monde imaginaire où il fait chaud, froid, où la tenue c'est djellaba et babouches obligatoires, où les portes sont grandes et parfois petites, où les viennoiseries fleurent bon mais ont un goût de raisin. Des femmes rient derrière une porte (de nous ?). On se brûle les pieds dans un désert, on se fait courser par une espèce de tractopelle dans une forêt de grands séquoïas. On ouvre des fenêtres, on pousse des meubles, on tâtonne le long des murs... Bref, c'est super sympa, surtout quand on essaie d'être vraiment dedans. J'ai fait mon possible.

Après, on tire un personnage et une action. Je suis un kiwi (l'oiseau) qui met la table. Je me fatigue à faire une bec alors que j'aurais pu battre des ailes me fait remarquer le prof. Ben vi, fo faire simple. Hihi, ça faudra que j'apprenne parce que simple et moi... D'ailleurs mon kiwi est orgueilleux. Mon collègue (on passe à deux) est soeur Emmanuelle qui peint un tableau. J'ai bien compris qu'il peignait mais pas trop qu'il était soeur Emmanuelle. Du coup, je ne comprenais pas pourquoi il voulait s'occuper du monde entier et pas que de moi, petit kiwi orgueilleux... Ben vi, quoi, mince y'a que moi qui compte !!

Dominique me dit que je lui rappelle ma soeur. Ouarf ouais mais en beaucoup mieux ! Forcément, on a vécu des années et des années ensemble. On a des références communes. Je suis p'être un peu plus pince sans rire qu'elle. Encore que, je ne sais pas. En tous cas, je suis mieux, c'est sûr, non ?

On finit la soirée o'Cardinal, lâchement abandonné par le Prof (un gros hou pour lui c'est pas le prof du mardi qui aurait fait ça !). Super sympa. ça faisait longtemps que j'avais pas mis les pieds ds un bar moi. On apprend à se connaître un peu plus. Je trouve notre groupe sympa. Peut-être encore plus d'impro bientôt miam. J'ai vraiment envie d'avancer et d'arriver à qq chose mais il faudra du temps avant que j'ose y aller sans que l'on me force. Les choses à mimer ça me bloque un peu. Un fois qu'on y est, on avance tant bien que mal mais on avance. Que faire d'autre ?

On croise deux jeudisateurs au bar. Ils ont été lundisater chez une jeudisatrice. J'apprends qu'il faut que je trouve des gros clous carrés et une croix en chêne pour Pâques. C'est pas le tout de proposer aux gens de les crucifier : faut assumer après. Faut aussi que je pense aux branches pour fouetter la victime pendant le chemin de croix. Je repense au reportage sanguinolent que j'ai vu d'un oeil.

Tiens à propos, c'est marrant, je n'arrive pas à être méchante en improvisation. Pourtant, normalement, ça devrait être mon personnage fétiche... Ah la la, dur dur d'être une gentille fille.

On a le droit à quelques tours de magie où je n'y vois que du feu. On en apprend de belles sur les uns et les autres.

Mathilde et Greg me ramènent à la maison. J'ai l'impression que j'aime tout le monde. Ouarf. C'est fou, non ? mais rassurez-vous, ça va passer !!

Vivement mardi prochain !!! (je ne sais pas où, allez, chez nous, salle Jean Villar, que les mardisateurs en bavent d'envie !!)

Les mots clés ENVIE, ENCORE !!

mercredi 15 octobre 2008

Dis, toi, oui, toi, tu vas laisser un commentaire sur mon blog !!

Je vois tout le monde laisser des commentaires sur le blog totalement inintéressant de ma soeur et le mien (super génial comme sa propriétaire) n'en a que peu. Certes, ils viennent de la crème de la crème, la qualité, c'est mieux que la quantité et bla et bla et bla. Mais moi je veux les deux, la quantité, la qualité, voire la stupidité mais sachez que je modère les commentaires en bonne autocrate que je suis...

Si tu passes sans laisser un comm', j'ai ton nom, ton adresse IP, l'adresse de tes parents, de tes enfants et de ceux que tu aimes. Alors sache que tu prends un risque ô toi lecteur voyeur et muet !

lundi 13 octobre 2008

Cours d'impro. Part 4.

Un peu plus de concentration que la semaine dernière j'ai trouvé. Encore de nouveaux prénoms à retenir. Ronde des prénoms et ronde des prénoms améliorée. Facile, j'étais au début mais ce n'est pas trop compliqué de retenir les mouvements et les prénoms (genre je me la pète mais c'est vrai, les participants ne sont pas sadiques et ne font pas des gestes trop compliqués).

On marche de long en large, on se dit bonjour en adoptant plusieurs attitudes. La colère c'est facile mais amoureux là moi c'est plutôt abruti qu'amoureux mais l'un et l'autre c'est p'être pas si éloigné après tout ! sinon, triste, timide, ben c'est moi quoi :P

Après on choisit entre chocolat ou vanille, chaud ou froid, obama ou mac cain. Argh, je crois que j'ai choisi libérale au lieu de communiste. Je vais aller me confesser. Mince, les communistes ne vont pas à la messe (j'ai vu tous les Don Camillo), je suis irrémédiablement perdue pour la cause.

Un jeu super drôle le pan. J'ai perdu très vite mais j'ai gagné une agréable place assise. Par contre, le chouchou du prof, il a eu un joker. Ben pas moi :P Bouhouh ! Ouais mais je le sais que j'ai un temps de réaction de merde !!

Le prof nous explique qu'il faut dire oui. Ouais ok mais moi j'ai pris des cours pour apprendre à savoir dire non. Qu'à cela ne tienne, c'est plus facile de dire oui que non. Alors des impros (ou des tentatives d'impro) avec des oui et. ça commence bien mais ce n'est pas évident, ça avance, ça patauge dans la semoule. Y'a des vilains qui disent non ! Bouh ! Pas beau.

Ensuite, ça je suis pas passée, heureusement ou pas, faire une action en la mimant l'autre en fait une aussi et doit comprendre ce que vous faites avant de commencer à parler. Alors là je dis crotte de bique je ne sais pas mimer alors tu vas m'apprendre crévinzou. Parce que si on me regarde, on se dit que je n'ai jamais passé un balai ou fait à manger. Si si je le fais parfois !!

Bon, tout ce qui est jeu avec le corps dans l'espace (ouais bon je n'exprime pas clairement mais si vous ne comprenez pas ben z'avez qu'à faire un effort). Bon, déjà, normalement, moi, c'est caché derrière un poteau aux mariages, transparence totale, manque de rythme et de coordination. Du boulot, du boulot, du boulot comme dirait Nikos.

Sinon, le prof, il nous explique plein de trucs... Et même que je comprends ce qu'il dit. C'est fou, non ? Il nous annonce qu'on aura des cours pendant les vacances le lundi et qu'on sera mélangés avec les mardisateurs de Gilles. Ouarf, des prénoms, des prénoms et encore des prénoms !!

Même que dans notre cours, on a un magicien maintenant, et qu'il est trop fort.

Y'a eu de jolies choses comme disait feue raphie de la starac (elle est plus à la starac cette année et j'aime bien sa remplaçante en expression scénique, on comprend quand elle parle mais bien sûr je ne regarde pas la starac sauf par hasard).

Y'en a qui sont forts. Y'a un gars, il a une chouette présence, un autre, un chouette univers, y'a des filles elles osent et elles sont sur le coup.

Bref, il est chouette notre groupe ! (oui, j'ai pas de vocabulaire, j'emploie deux fois chouette).

J'ai appris que l'arbitre de samedi a fini de se couper les cheveux. En le voyant comme ça, la première personne à qui j'ai pensé samedi, c'est sa femme. C'est comme quand je lance un relais cartes postales et que je demande à une fille de treize "est-ce que tes parents sont d'accord pour que tu donnes ton adresse ?". C'est là que je sens que je suis passée du côté obscur de la force, l'âge adulte (yearkkkkkkkkkkkkkkkkkk !) enfin Peter Pan n'existe pas et en vrai, quand les enfants deviennent adultes ils les tuent alors mieux vaut être un adulte vivant qu'un enfant mort...

Et moi, j'y crois que les fées existent d'abord !!!

mercredi 8 octobre 2008

Aujourd'hui, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.

C'est vraiment bizarre de rencontrer des gens souriants, qui veulent m'aider et qui pensent à moi ! Je n'ai même pas envie de chercher le traquenard qui se cacherait derrière. Comme je reste à la maison faire des recherches et réviser, les seuls humains que je vais avoir croisé aujourd'hui auront été gentils.

Attendez que je m'asseye, je chancèle d'incrédulité.

lundi 6 octobre 2008

Cours d'impro. Part 3.

Aujourd'hui, encore de nouveaux prénoms à apprendre !

Pas de rondes des prénoms snif. des ya, aï et hold on. (enfin, je dis comme ça mais c'est p'être pas ça).

Beaucoup d'énergie mais pas assez canalisée. Alors, moins de productivité si on peut dire.

Moi, en bonne forme, pas déprimée, pas de personnages de pendu. Bon, un ange qui se fracasse du haut de la crèche tout au plus.

La musique pour trouver des personnages (ça va mais bon des idées un peu terre à terre, manque flagrant d'imagination).

Un jeu où on s'insulte avec des noms choisis ds un champ lexical (aujourd'hui, boulangerie - pâtisserie et voiture).

Exercice de confiance (que je n'ai pas fait) on se met en cercle et on fait circuler un membre du groupe qui se laisse pousser. Ouais, ben moi, chez le docteur, quand il me teste les réflexes, je n'arrive pas à me laisser faire. J'ai confiance en mon groupe. C'est pas une question de manque de confiance mais d'incapacité à me relâcher.

Quelqu'un choisit un personnage et chaque membre du groupe en donne sa version.

Un nouveau jeu où il faut faire des choses, des animaux, des trucs et des bidules. Là, on voit à fond mes limites. Je ne sais absolument pas représenter des choses, des gens, des machins.

Puis des débuts d'impro. Un beau truc de la part de trois gars. Ils sont trop forts les membres de mon groupe !!

Après un exercice trop génial : faire la machine. On a été de superbes machines. Je le dis sans crânerie aucune. Une belle cacophonie et un effet de groupe qui fait qu'on n'hésite pas à y aller.

Ben voilà, la suite à la prochaine fois.

Mais, je n'en ai pas fini avec l'impro. Demain et samedi, je spectate. Et c'est qd même spectateur mon meilleur rôle !!

Mon horoscope.

Vie privée :

Faites un tri salutaire : qui peut rester dans votre vie, et qui doit s’en aller. Et n’ayez pas de scrupules ! Les mauvaises personnes peuvent partir. Toutes. Que cela touche le domaine familial, amical, amoureux ou social : un grand coup de balai doit être donné. Faites de la place pour un bonheur à venir.

Vie quotidienne :

Il y a une idée de renouveau qui se met en place. C’est comme si vous aviez décidé de faire évoluer la situation vers quelque chose qui vous correspond vraiment. Ne vous accrochez surtout pas au passé : ne gardez de lui que ce qui peut vous être utile au présent. Etre égoïste c’est aussi être intelligent/e !

Le conseil d'Helena :

Il vous faut absolument rester fidèle à vous-même, en ce qui concerne les choses du présent, tout en nettoyant votre passé. En agissant ainsi, vous verrez de nombreux changements se mettre en place. Si vous agissez ou réagissez en fonction de ce que l’on attend de vous : vous bloquerez l’avenir. Attention !

Astro duo :

Entre les Poissons, le Scorpion et vous, une formidable énergie s’est mise en place. Vos sensibilités communes vous réunissent. Vous vous comprenez sans même vous parler !

vendredi 3 octobre 2008

jeudi 2 octobre 2008

Mon horoscope me dit :

Ces "missionnaires" de Dieu ou de Jéhovah venus d'Amérique ont tout pour vous séduire : ils sont bien habillés, polis, gentils, et surtout très patients. Ils essaieront de vous faire avaler leur religion. Ils n'épargneront aucun effort pour sauver votre âme. Et également pour alléger plus tard votre compte en banque. Vigilance donc ! Le meilleur moyen d'échapper à leur emprise sera de leur claquer la porte au nez, sans façon !

Alors les gars et les garces, pas la peine de vous déplacer : j'ai pô de sous et je vous fermerai la porte au nez car j'obéis toujours à mon horoscope !

mercredi 1 octobre 2008

Con Par Raison. Tryo.

Je suis con par raison
Je suis conscient de toutes mes actions
D'ailleurs des actions, j'en ai par millions
Je suis un de ceux qui affament la nation
Je suis pourri par envie
Envie de montrer au monde au monde au monde au monde qui je suis
Imaginez une sorte de Bernard Tapie
Sans aucune année de prison devant lui
Je suis con par raison
J'exploite à cent pourcent le travail des bouffons
Chez moi c'est inné et ça vient de l'éducation
Mon père le faisait il m'a légué sa passion
Je suis pourri par envie
Je sais que mon petit jeu a des effets sur vos vies
Toute ma famille bosse à World Company
Mes enfants s'entraînent déja sur leur Monopoly

Je suis con par raison
Je vis une vieille cité construite en vieux béton
J'ai pas d'envie pas d'argent
Je rêve de pognon
J'envie le con du couplet d'avant de cette putain de chanson
Moi je suis pourri par envie
Le jour où j'touche le pactole j'oublierai mes amis
Je rêve d'avoir du bol, de gagner au juste prix
Mais jamais je porte une banderole jamais je pousse un cri

{Solo guitare}

Comparaison de ces cons par raison
Lequel de ces deux types est pire pour la nation ?
Le gros benet atteint d'la cessité du pognon
Ou ce bouffon qui est jamais aux manifestations

Moi je les maudit par envie
Je rêve d'un bon soixante-huit des bonnes années hippies
Dans la rue pour la sécu, ou pour les sans-abris
Y a trois cent mille combats pour une si petite vie
{Ad libitum}

mardi 30 septembre 2008

Une de mes chansons préférées (trop méconnue). Ecoutez les paroles !


Découvrez Fame!

Tu m'connais Charles ?


Découvrez Charles Aznavour!

Bénabar - Tu peux compter sur moi - 11

2ème cours d'impro.

Très intéressant.

J'ai fini le cours avec l'impression d'avoir plein d'énergie et envie d'y retourner.

Ce n'était pas gagné. J'ai décalé ma prise d'antibios et de médocs pour ne pas avoir l'air trop malade. J'ai sué plus que de raison mais ça m'a fait le plus grand bien.

Pas peur du regard des autres. Plutôt peur de tout ce qui est physique. Je n'ai jamais été sportive moi.

Les gens ont plein d'idées. Je trouve ça super drôle. Y'a des exercices qui sont un peu infaisables. On essaie. On s'en fiche, y'a pas de notes !

Le garçon qui ne pensait pas revenir la semaine dernière est revenu. J'espère qu'il va revenir la semaine prochaine. ça lui fera gagner du temps dans sa vie.

Agréable de ne pas avoir à se conformer à ce que la société attend de vous. Après avoir essayé de m'y conformer au maximum sans jamais réussir à aller assez loin (style tenter d'atteindre l'horizon), j'ai pris un peu de distance par rapport à cet objectif (le premier qui dit que ça se voit, je lui pète la gueule).

Très agréable moment. Pour l'instant, moins de barrières que je pensais. Je sais que ça va venir mais ce n'est pas grave. On les affrontera au fur et à mesure. L'aide du groupe sera bienvenue et présente je pense.

Assez étonnée car je pensais rencontrer plus de résistances sur certains points. Et c'est passé.

Le prof est très sympa. J'étais fan de l'improvisateur, je suis fan du prof. P'être que je vais finir fan de l'être humain tout court (oui, on sait jamais, s'il arrive sur ce blog un peu de brosse à reluire... Non en vrai, je suis sérieuse mais faut pas le répéter).

J'aime bien l'idée qu'on a le temps. Il y aura peut-être des objectifs à atteindre plus tard mais là, c'est le début, on a le droit à l'erreur. C'est une chose super agréable. Pas d'idée de réussir ou de rater mais d'essayer.

Bonne ambiance. Certains ont l'impression que c'est plus dur pour eux. Bah, je ne crois pas. Moi, ce qui me fait peur c'est tout le côté physique de la chose... Savoir gérer son corps dans l'espace et l'utiliser comme un outil en quelque sorte. Bon, heureusement, on n'a pas commencé ça huhu. Mais ça va venir. On a tous nos failles. Apprendre à les connaître d'abord pour s'en servir. ça va être intéressant.

Vivement lundi prochain.

mardi 23 septembre 2008

Pour moi, cette année sera culturelle ou ne sera pas.


Alors, dimanche, je suis allée voir Espia a una mujer que se mata, une pièce en espagnol surtitré. J'aime cette langue purée de pois cassés ! La pièce est super. Les acteurs sont géniaux. Si elle passe par chez vous, je vous la conseille. Après consultation de ma soeur qui ne parle pas espagnol, il n'y a aucun souci à suivre avec les surtitres.

http://www.theatreonline.com/guide/detail_piece.asp?i_Region=0&i_Programmation=22745&i_Genre=&i_Origine=&i_Type=

lundi 22 septembre 2008

6 heures de BCA, 2 heures de cours d'impro, une angine

Drôle de journée.

Oui, j'ai des compétences. Bon, pour juste 26 métiers. Les autres avaient jazzmen ou éboueur. Moi, rien que des trucs pour lesquels je sais que je suis faite.

Pour l'impro, les premiers dix commandements et l'impression que les autres sont forts. Ils ont déjà fait des trucs qui ressemblaient à qq chose. Peur. Peur aussi d'avoir fait fuir un membre du groupe en m'immisçant dans une conversation mais c tellement bête de ne pas lutter contre soi.

Pour l'angine, les crobes sont passés par le chat et je sais à qui je la dois.

dimanche 21 septembre 2008

ça y est, je suis reClegguisée !

Trois soirs à entendre Asimbonanga et je retombe dans mes vieilles amours. Sauf que cette chanson (dont ma soeur a emporté le cd chez elle), n'est pas disponible sur deezer. M'en fous, 'la chante dans ma tête !!

Une réponse intelligente à la pub du "mouton noir" suisse.

mardi 16 septembre 2008

J'ai l'impression d'être transparente...

Je connais bien ça mais, aujourd'hui, ça me pèse.

J'envie les gens qui agissent sans réfléchir et selon leur bon plaisir. Je ne serai jamais de celles-là. J'aimerais mettre mon cerveau en mode off et laisser les choses aller leur train toutes seules. Malheureusement, je n'ai pas de mode off. En ce moment, c'est tellement vrai que j'ai du mal à trouver le sommeil. ça tourne dans ma tête. Des choses sérieuses et d'autres moins sérieuses. Je cauchemarde. Je n'aime pas ça ! J'ai l'impression que mon cerveau met le frein à main à l'avancée naturelle des choses. Tout le monde avance et moi, je stagne. Parfois, j'ai l'impression d'avancer mais c'est juste le train d'à côté qui a démarré.

Alors, je m'en veux ce qui ne sert absolument à rien.

La seule chose que j'ai envie de faire c'est de rester dans ma grotte, bien au chaud sous ma couverture. Tout ce qui est action m'effraie. Il paraît que le plus de mon signe est la force d'inertie. C'est aussi le moins apparemment.

Je cherche quelqu'un ou quelque chose qui me fasse bouger. Mais c'est un rôle bien difficile et ingrat que celui-là.

C'est marrant, je regarde un reportage sur Tcheckov sur Arte et je crois que je ressemble à ce qu'ils disent de ses personnages... Youpi ? Non, pas trop...

"Le temps est une blessure – impossible de vivre au présent, ce présent absurde et lourd de regrets, les hommes sont condamnés à vivre au passé ou au futur antérieur. " Je n’aime plus personne " soupire Astrov, le médecin d’Oncle Vania. La seule vie possible est la vie rêvée, la vie du souvenir, de la nostalgie ou encore la vie d’un futur lointain et utopique."

Justement, dimanche, je vais voir espia a una mujer que se mata, une adaptation argentine d'oncle Vania...

lundi 15 septembre 2008

Délirium


Découvrez Fame!

Il est joli le nouveau chez elle de ma soeur.

Elle a assez de place pour elle, il est clair, il y a une terrasse...

Mais ça m'a fait bizarre de voir mes meubles que j'avais choisi avec amour in situ. Ils sont mieux là qu'à prendre la poussière mais même, ça fait drôle.

Encore une page qui se tourne.

J'ai l'impression que les pages se tournent pour les autres sans qu'une seule se tourne pour moi.

Je suis super contente pour elle et pourtant je suis morose. Je ne devrais pas. ça ne me ressemble pas. Rassurez-vous, ce n'est pas de la jalousie. Juste un regard sur ce qui aurait pu être et qui ne sera pas.

Je sais, il faut regarder vers l'avenir, tout le monde le dit. J'arrive un peu mieux à me projeter mais le passé reste présent et douloureux. Les cicatrices sont fraîches, un petit coup d'ongle et ça re-saigne. Et je ne coagule pas facilement.

Je n'ai pas envie que mes mauvaises expériences passées rejaillissent sur celles qui pointeraient leur nez. Mais bon, ça aussi, c'est facile à dire. J'ai une mémoire qui retient avec plus de force le négatif que le positif. Et surtout, je n'arrive pas à croire qu'on puisse s'intéresser à moi.

Si vous avez des recettes ou des remarques à faire, n'hésitez pas. Je sens un carrefour se profiler et je suis arrêtée au stop. Aidez-moi à redémarrer...

mercredi 10 septembre 2008

vendredi 5 septembre 2008

mercredi 3 septembre 2008

J'ai pris plein d'autres photos d'oiseaux plus beaux les uns que les autres

mais le mieux, c'est d'aller y faire un tour vous-mêmes.

Je vous conseille l'abonnement à l'année. J'ai payé mon billet d'entrée mais j'ai tellement envie d'y retourner aux différentes saisons que la prochaine fois, je m'abonne. Le tarif abonnés est d'ailleurs avantageux.

Une grue couronnée

Manchot

Parc des oiseaux, Villars les Dombes, 2 septembre 2008, Pélican frisé.

dimanche 31 août 2008

Come in my parlour, says the spider to the fly...

"Viens dans ma toile", dit l'araignée à la mouche...


lundi 25 août 2008

C'est parfois l'été !



Hier, pique-nique au lac.







Aujourd'hui, balade en forêt.







Qui osera me dire que ma Savoie n'est pas magnifique ?

vendredi 22 août 2008

Je n'aurais qu'un mot (enfin deux), trop bien !!!!

http://www.chambe-aix.com/festival/cite_d_ete_chambery/2008/chapertons.html

"Trois clowns modernes sans maquillage mais à l'imagination débordante, une montagne de chambres à air qu'ils transforment au gré de leurs aventures délirantes, voilà un spectacle visuel tout public parfait pour se regonfler le moral !


Par une succession de tableaux toujours plus loufoques les Chapertons font rentrer le public dans un monde imaginaire, où les chambres à air deviennent tour à tour avions, instruments de musique, auto-tamponneuses, grenouille ou éléphant.

Ces véritables magiciens du pneu tournent dans le monde entier et ont été primés dans plusieurs festivals. Plus jamais vous ne regarderez les pneumatiques de la même façon..."

jeudi 14 août 2008

Respirez !

Une autre ?

Vous avez pas un job de photographe de libellules à me proposer ?


Bon, personne ne veut de mes cinq ans de droit alors, je me réoriente... Je trouve que photographe de libellules, ça m'irait bien. Qu'est-ce que tu feras quand tu seras grande ? Photographe de libellules. En voici déjà une.

Je t'ai écouté nanisette ! Voilà le résultat de ton conseil.


Paysages et bêbêtes !

Huhu de quoi se mêle mon horoscope de demain ?

ARGENT

Vous hésiterez à faire l'investissement d'un nouvel appareil électro-ménager. Sachez que les appareils vendus aujourd'hui consomment de 30 à 50% d'électricité en moins que les modèles d'il y a dix ans, ce qui représente une économie de 300 F par an et par appareil. C'est un argument à prendre en compte : en moins de dix ans, il sera amorti par la seule économie d'énergie que vous réaliserez !


Déjà que ce qu'il me dit ne me plaît pas des masses mais là... Enfin, ça va faire plaisir à mes copines écolos qui lisent ce blog (s'il y en a qui passent encore).

mercredi 13 août 2008

Vous qui lisez ce blog !

Aidez-moi à me motiver !!

J'ai juste envie de dormir et de sentir la brise sur mes pieds...

Je me demande où est passée la chose qui me permettait encore récemment de passer dix heures à la file derrière mes bouquins.

Si c'est vous qui me l'avez volée, rendez-la moi...

Ne lui dites-pas mais je soupçonne Eli d'être la voleuse. Devant son pseudo, le "je bosse" me semble un indice accablant.

C'est un oiseau du bois sauvage Augusta Holmès

C'est un oiseau du bois sauvage
Qui m'a dit : " Tu l'aimeras toujours. "
C'est une vague du rivage
Qui m'a dit : " Renonce à tes amours... "
Mais cet oiseau du bois sauvage
M'a bien dit : " Tu l'aimeras toujours ! "

Pour une fleur de ta ceinture
J'ai donné ma vie et mon repos.
Loin de tes yeux le temps me dure !
Je languis pour tes regards si beaux !
Pour une fleur de ta ceinture
J'ai donné ma vie et mon repos.

Pour un baiser sous les étoiles
J'ai vendu ma force et mon honneur.
Pour ta blancheur pure et sans voiles
J'ai perdu la pureté du coeur !
Pour un baiser sous les étoiles
J'ai vendu ma force et mon honneur.

Rien ne pourra briser les charmes
Dont je meurs pour éternellement.
Je te verrai railler mes larmes
Dans les bras de ton nouvel amant !
Rien ne pourra briser les charmes
Dont je meurs pour éternellement...

Ta mort seule rompra les charmes
Dont je meurs pour éternellement !

dimanche 10 août 2008

"Ma chambre a la forme d'une cage...


...
Le soleil passe son bras par la fenêtre
Les chasseurs à ma porte
Comme des petits soldats
Qui veulent me prendre"

vendredi 8 août 2008


Découvrez Lynda Lemay!

Tout le monde finit par passer par Chambéry un jour !

C'est magique. Alors pourquoi partir vers la polluée Paris ? Ils finiront tous par venir ici. Niark.

lundi 4 août 2008

Mon horoscope

Votre Humeur :
Votre humeur sera joviale et attirera l'attention. Vous serez un modèle à suivre et un véritable aimant!


Vos Amours :

Votre sensualité vous guidera dans vos rapports avec l'être aimé. Attention aux promesses que vous pourriez regretter. Ou que vous ne pourriez pas tenir!


Votre Travail :

Une nouvelle formation ou une spécialisation éveillera votre curiosité. N'en parlez pas et renseignez-vous!


Votre Vitalité :

Vous serez fatigué par les luttes de pouvoir. Refusez de rentrer dans le jeu de personnes manipulatrices!

samedi 2 août 2008

Barbara m'a donné l'adresse du site "viedemerde.fr"

Je l'ai mis en lien sur mon blog et maintenant j'y passe souvent à mes nombreux moments de liberté.

Aujourd'hui, on peut y lire notamment ceci "Aujourd'hui, je travaille dans une grande surface. Mon frère flic rentre de stage et vient me voir au boulot. En guise de bonjour, clé de bras et prise Kung Fu, moi par terre et menotté dans le dos. Il a dit aux clients présents "Vous voyez, la police veille !" On doit pas avoir le même humour." VDM

Je deviens fan de ce site.

Merci barbara d'égayer mes journées !

vendredi 1 août 2008

Le jeu de Luria

J'ai récupéré chez Luria qui l'avait récupéré chez Lucie Néro (merci:) une blogochaîne bien sympa :

-L'idée c'est de prendre le livre le plus proche
C'était un bouquin de droit j'en ai pris un autre à peu près aussi proche pour que ça soit plus drôle (enfin j'en sais rien, j'y suis pas encore)... C'était un truc sur les parcmètres pour les curieux. DONC La Trilogie des Périls, Tome 3, La cité occulte.

-l'ouvrir à la page 123

-trouver la 5ème phrase
-ainsi que les 3 suivantes

- Oui, oui, Père ! piaula Scarpa. Arrête, je t'en prie !
Zalasta le laissa encore déguster un moment, puis, il leva son bâton.
- Tu n'es pas le maître, ici, déclara-t-il.

-Passer le relais à 5 personnes
Je désigne bilbi, bacicoline, mosava, Popcornenflammée et Larkéo